Parutions | Dernières parutions

De paroles et de gestes. Constructions marranes en terre d'Inquisition

Natalia Muchnik
Paris, Les Editions de L'EHESS,  [2014]

Natalia Muchnik utilise le cas marrane dans l’Espagne des XVIe-XVIIIe siècles pour interroger les manières de dire et de faire par lesquels une identité individuelle et collective se constitue. L'auteur montre que, face à la stigmatisation, les crypto-judaïsants ont développé une identité de groupe : l’individu prend sens dans une unité sociale soudée par une mémoire et des pratiques partagées. Si la répression inquisitoriale et la clandestinité sont fondamentales pour sa cohésion, la société marrane a ses propres dynamiques. Fragilisée par sa diversité interne, sa mobilité spatiale et la labilité de ses pratiques religieuses, elle a multiplié signes d’appartenance et discours identitaires. Les codes qui caractérisent cette société secrète, l’hostilité au catholicisme ou les mythes de l’origine, sont autant de signes que le crypto-judaïsant mobilise et adapte. Car plus que les rituels, c’est le processus de ritualisation extrême du quotidien qui forge la société marrane ; le sacré semble partout. L’ouvrage, tel un kaléidoscope, multiplie les points de vue sur les modes d’identification. Le marrane dispose ainsi de plusieurs identités potentielles qu’il alterne selon les situations et les interlocuteurs. Plutôt que d’un déchirement entre deux religions, ne témoigne-t-il pas de la fragmentation de soi et de l’impossibilité de dissocier l’individu des rôles qu’il tient ? Il témoigne en somme d’une pluralité inhérente à tout être humain et du caractère illusoire d’une identité homogène.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Introduction à l'histoire environnementale

Jean-Baptiste Fressoz, Frédéric Graber, Fabien Locher, Grégory QuenetParis, La Découverte, Repères, 2014, 128 p.Prix : 10€

- Lire la suite

Les paris de l'industrie, 1750-1920

Exposition

- Lire la suite

Risques et accidents industriels (fin XVIIe - fin XIXe siècle)

L’accident technique questionne notre société industrielle ; il est constitutif de la notion de « société du risque » que scientifiques, sociologues, géographes ou anthropologues ont popularisée depuis les années 1980...

- Lire la suite

La Durée de vie des choses, XVIIIe-XIXe siècle

La « durée de vie » des humains est une grandeur dont les sciences occidentales ont depuis longtemps cherché à décrire les régularités, les variations, les possibilités d’accroissement. Elle est un paramètre central des rationalités démographiques, assurantielles, médicales. L’histoire de sa prise en compte (via des notions comme l’« espérance de vie »..) a fait l’objet de nombreux travaux d’histoire et de sciences sociales.L’organisation de cette journée pa(...)

- Lire la suite

CEJ

EHESS-CRH

190-198 avenue de France
75013 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42
Fax : +33(0)1 49 54 23 99

Dernière modification :
04/10/2017