Archives | Actualités et appels à contribution

Colloque international, Berlin, 2-4 juin 2015

MàJ : 01/10/2015

 

 Comment les Juifs savent ?

Epistémologies du savoir juif

 

Colloque Organisé par Ron Naiweld (CRH-Etudes Juives) et Elad Lapidot (Freie Universität)

 

 

 

Les dernières années ont vu l’émergence à l’échelle internationale d’une volonté universitaire de développer une approche nouvelle de l’étude de la tradition intellectuelle juive, et tout particulièrement de la tradition rabbinique. Les méthodes, les disciplines et les motivations sont variées, mais en général cette nouvelle approche s’éloigne de l’attitude historico-philologique qui a régné dans la recherche depuis le 19e siècle, préférant un engagement intellectuel plus conceptuel et théorique. En s’appuyant sur des sources établies par la recherche historico-philologique, la nouvelle approche se focalise sur le savoir unique que celles-ci ont permis de formuler. L’étude des textes juifs se fait désormais pour les comprendre (et non seulement pour comprendre leur histoire rédactionnelle, leur Sitz im Leben, leur contexte historique).

 

Ce colloque est un projet de collaboration entre la Freie Universität de Berlin (département d’histoire et d’études culturelles) ; le Centre d’Etudes Juives de Berlin et Brandenburg (ZJS), le Centre de Recherches Historique (CRH) de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et le CNRS, Paris. L’objectif du colloque est de créer un espace commun où des projets individuels portant sur la question « comment les Juifs ? » pourront être abordés afin de faciliter et encourager de futures collaborations. Nous voudrions proposer un cadre conceptuel dans lequel  notre question pourra être élaborée. Le concept fondamental est celui de “savoir”, et la question principale concerne le rapport entre les formes de savoir (épistémologies) reconnues et incarnées par la science moderne, d’une part, et celles qui habitent les sources juives de l’autre.

 

Depuis que la Wissenschaft des Judentums a été fondée à Berlin dans l’objectif de faire du Judaïsme “un objet de science” (Immanuel Wolf, 1822), la science moderne n’a jamais essayé de développer une compréhension de la tradition textuelle juive comme une forme de savoir systématique et consciente d’elle-même. Les fondateurs de la WdJ ont essayé d’exprimer le savoir juif à l’aide des catégories modernes de la science universitaire. Cette tentative était bien souvent aux antipodes des pratiques traditionnelles de la connaissance juive, taxées  de « particularistes » et, par  conséquent, jugées incompatibles avec la communauté universelle rationnelle à laquelle la WdJ souhaitait participer.

 

Ainsi, la connaissance scientifique ayant pour objet le savoir juif a toujours été séparée du regard porté par les sciences sur leur propre discipline, c’est-à-dire de la compréhension qu’a la science d’elle-même, de la théorie de la connaissance scientifique. Cette constatation s’applique également à l’étude universitaire des textes juifs. Le développement de la “science du judaïsme” en Judaistik, mada’ei ha-yahadout et Etudes Juives a suivi principalement des tendances de la théorie des sciences qui ne sont presque jamais entrées en dialogue critique avec la tradition juive du savoir.

 

Ce colloque invite les participants sur les lieux mêmes de naissance de la Wissenschaft des Judentums pour une tentative commune de comprendre à nouveau frais cette expression - non seulement comme un génitif objectif mais comme un génitif subjectif. Si “tous les hommes désirent naturellement savoir” (Aristote), les traditions intellectuelles juives fournissent-elles des réponses uniques à la quête humaine de savoir ?  Ces réponses, ont-elles une portée universelle ? Est-il possible que la science contemporaine, en retravaillant ses propres réponses, puisse envisager le judaïsme non seulement comme un objet d’observation mais également comme une source de réflexion autocritique ?

 

Les participants du colloque sont invités à explorer les aspects épistémologiques du judaïsme : ses catégories basiques de savoir, son organon - torah, mishnah, talmud, midrash etc. ; ses sujets paradigmatiques de savoir - rav, hakham, gaon etc. ; ses institutions de savoir - yeshiva, beith-midrash, beith-din ; ses moyens - traditions orales et textuelles… Les contributions aborderont ces aspects dans leur rapport aux thèmes et aux questions contemporaines de la science en général et des sciences humaines en particulier. Les communications présentées pourront également analyser les conditions épistémologiques et historiques qui ont jusqu’à présent empêché la science de considérer le judaïsme comme une forme de savoir : les distinctions catégoriques entre séculier et religieux, universalisme et particularisme, savoir et foi, théorie et pratique, esprit et matière etc. Une attention particulière sera portée à la comparaison avec d’autres traditions intellectuelles de l’Occident ou d’ailleurs.

Document(s) à télécharger

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Introduction à l'histoire environnementale

Jean-Baptiste Fressoz, Frédéric Graber, Fabien Locher, Grégory QuenetParis, La Découverte, Repères, 2014, 128 p.Prix : 10€

- Lire la suite

Les paris de l'industrie, 1750-1920

Exposition

- Lire la suite

Risques et accidents industriels (fin XVIIe - fin XIXe siècle)

L’accident technique questionne notre société industrielle ; il est constitutif de la notion de « société du risque » que scientifiques, sociologues, géographes ou anthropologues ont popularisée depuis les années 1980...

- Lire la suite

La Durée de vie des choses, XVIIIe-XIXe siècle

La « durée de vie » des humains est une grandeur dont les sciences occidentales ont depuis longtemps cherché à décrire les régularités, les variations, les possibilités d’accroissement. Elle est un paramètre central des rationalités démographiques, assurantielles, médicales. L’histoire de sa prise en compte (via des notions comme l’« espérance de vie »..) a fait l’objet de nombreux travaux d’histoire et de sciences sociales.L’organisation de cette journée pa(...)

- Lire la suite

CEJ

EHESS-CRH

190-198 avenue de France
75013 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42
Fax : +33(0)1 49 54 23 99

Dernière modification :
07/12/2017